Bonjour à vous chers lecteurs et chères lectrices des Éditions du Monolithe. Nous profitions de cette Newsletter pour vous souhaiter de Joyeuses Fêtes de fin d'année !

La Livraison est offerte à partir de 99€ d'achat.​ Première commande ? 10% de REMISE avec le code: WELCOME10

 La prochaine Newsletter sera publié le 04 JANVIER 2021.

Merci à vous tous et à vous toutes pour votre soutien.

~ Nouveautés ~

Le Galdrabok décrypté et autres Secrets de Magie Runique

Le Galdrabók décrypté et autres Secrets de Magie Runique.

 3è édition limitée.

D'où viennent les anciens alphabets runiques islandais ? Quelles sont les significations des runes liées telles que l'Aegishjálmur et le Vegvísir ? Poursuivez votre lecture et découvrez les symboles de l’âge Viking islandais, leur fondement mythologique et leurs propriétés magiques.

(Partie I) Les runes sont les caractères qui composent les anciens systèmes d'écritures, appelés alphabets runiques, de différentes langues germaniques. Avant l'adoption de l'alphabet latin, les runes constituaient la principale forme d'écriture en Europe du Nord, de l'Ouest et en Europe centrale. Les origines exactes des runes sont discutées, mais les découvertes archéologiques runiques remontent à 150 AC. Les runologues croient que le système provient d'anciennes épigraphes en italique ancien, telles que le latin ancien ou l'alphabet raétique de Bolzano. À mesure que l'Europe se christianisait, l'alphabet latin commençait à s'imposer comme forme d'écriture dominante. En Europe centrale, ce changement s'est produit vers 700 après JC. Cependant, dans les pays nordiques, les runes étaient encore largement utilisées jusqu'en 1100 de notre ère et même plus longtemps à des fins spécifiques. Les runes constituent donc une partie intégrante et déterminante du patrimoine et de la culture nordique. Les écrits runiques ont été importés en Islande par les premiers colons du pays et sont restés dans le pays, sous une forme ou une autre. Plus qu'un simple système d'écriture, la pratique des runes est reliée à la magie et au mystère. Voyons maintenant l’histoire des runes, leurs multiples utilisations et leur enracinement dans la mythologie et le folklore Nordique..

(Partie II) Le Galdrabók est un grimoire Islandais datant d'environ 1600. Il s'agit d'un petit manuscrit contenant une collection de 47 sortilèges et Sceaux, compilés sur parchemin. Le manuscrit ne représente pas une composition complète, mais plutôt une collection de sortilèges, plus ou moins écrits aléatoirement. Le grimoire a été compilé par quatre auteurs différents, probablement à partir de la fin du XVIe siècle et jusqu'au milieu du XVIIe siècle. Les différents sortilèges se composent de matériel latin et runique ainsi que de bâtons magiques islandais (Galdrastafur), d'invocations aux entités chrétiennes, aux démons et aux dieux nordiques, ainsi que des instructions pour l'utilisation des herbes et des objets magiques. Certains sortilèges sont protecteurs, destinés à prévenir des problèmes tels que les soucis de procréation, les maux de tête et l'insomnie, tandis que d'autres sortilèges et incantations provoquent la peste, la souffrance et la détresse en mer. D'autres encore sont destinés à faire peur, pour trouver des voleurs, pour endormir quelqu'un, ou bien encore pour ensorceler..

Le Grimoire de St Cyprien, Clavis Inferni

Le Grimoire de St Cyprien
Clavis Inferni sive alba et nigra approbata Metratona
.

 3è édition limitée à paraître: 04 DECEMBRE 2020

Le titre du manuscrit est écrit en Latin peut être traduit ainsi: La Clef de l'Enfer, avec la Magie Blanche & Noire, démontrée par Metatron. De nombreux grimoires ont été attribués à Saint Cyprien d'Antioche en raison de sa réputation de magicien avant sa conversion au christianisme. Ce manuscrit traite de l'invocation et de l'utilisation des quatre Archanges, Michael, Raphaël, Gabriel et Uriel ainsi que leurs homologues, les quatre Rois cardinaux: Maymon, Paymon, Egyn et Oriens.

Le contenu du manuscrit a demeuré pendant longtemps mystérieux; en raison de son origine inconnue et de son texte crypté. Ce manuscrit fût vraisemblablement utilisé comme manuel de l'école noire de Wittenberg, où l'on pouvait apprendre les arts sombres aux alentours du XVIe siècle. Chacune des quatre représentations des Rois cardinaux est accompagnée du nom de l'ange et du nom Divin de Dieu permettant de contraindre ces derniers.

Première traduction intégrale en Français. Le texte principal est rédigé en Latin avec quelques mots en Grec. Les noms Divins sont écrits avec l'alphabet dit "Transitus Fluvii" tiré du troisième livre de la Philosophie Occulte de Cornelius Agrippa, rédigé vers 1510). L'ordre détaillé dans le manuscrit original diffère de celui que l'on trouve dans d'autres manuscrits, tel le Ms Add 26674 ou bien encore le sulfureux Pseudomonarchia Daemonum, ainsi que dans l'Abramelin. Ce dernier correspond exactement avec l'ordre indiqué dans le livre intitulé le Sixième et Septième Livre de MoïseL'ouvrage détaille les 11 Planches couleurs originales. Elles sont ici détaillées, commentées et redessinées par l'artiste Zizhao Wang.

La Magie Cryptographique

La Magie Cryptographique,
Traité de l'écriture occulte, comprenant différents alphabets magiques, par lesquels on peut découvrir la signification des écrits cryptés des anciens sages
.

  1ère édition limitée (2/2) à paraître: 10 DECEMBRE 2020

Que ce soit pour écrire une formule magique sur un talisman ou bien encore pour coder le contenu d'un texte d'alchimie, la Cryptographie a depuis longtemps été l'apanage des anciens Philosophes et des Sages de l'époque antique.

Certains sont bien connus des occultistes modernes, tel l'Alphabet d'Honorius (aussi connu sous le nom d'écriture Thébaine et largement adopté par la wicca moderne), d'autres semblent tout droit issus d'une époque lointaine et obscure, tel l'Alphabet Nécromantique ou bien encore l'Alphabet d'Otfrid (Otfried) le moine, qui fut considéré comme le premier poète de langue germanique.. Ce nouvel ouvrage détaille plus d'une soixantaine d'alphabets secrets ou mystiques..

~ A Paraître ~

Magia Naturalis et Innaturalis

Magia naturalis et innaturalis du Docteur Johannes Faust
ou la Triple Contrainte de l'Enfer, le dernier Testament et l'Art des Sceaux
.

  1ère édition limitée à paraître: 2021

Second Compendium dédié à la pratique de la Magie Faustienne. Première traduction en français, réalisée à partir de 3 manuscrits originaux et à partir de l'édition de 1849. Le premier manuscrit fut rédigé à Passau en 1505. En 1849, Johannes Scheible publia à Stuttgart une édition fidèle, sorte de reproduction de l'oeuvre originale. Le Magia naturalis est réputé pour la richesse de ses illustrations. Cet ouvrage constitue essentiellement un grimoire de magie noire consacré au cabaliste et à l'exorciste, qui tentera de contraindre, de lier et de faire obéir les différents esprits et démons cités. Les esprits tels qu'Aciel, Anael et Méphistophiles sont illustrés en couleur et leurs particularités relatives à leurs différentes apparences ainsi que les méthodes d'invocation et de commandement sont décrites en détail. En outre, d'innombrables sceaux pour les esprits ainsi que les cercles sont donnés.

Les esprits cités dans le manuscrit sont des démons ou anges déchus, qui étaient autrefois d'origine céleste. Les instructions rituelles décrites doivent être suivies scrupuleusement, sinon celui ou celle qui s'en approchera à la légère sera sûrement damné(e). Avant toute chose, le praticien doit conclure un pacte, dans lequel les esprits sont obligés de jurer par leur prince Lucifer. d'obéir à tout ce qui est dit et écrit dans les pages de ce livre. La nature du pacte et la manière dont il est conclu sont décrites en détail dans la préface. Les principaux outils sont le bâton, qui est fait d'une longue branche de genévrier, l'encens, de la myrrhe, du mastic, de l'aloès, du soufre, et de la racine d'hellébore noire, de l'ail et bien sûr le cercle magique, qui s'avère être d'une construction assez complexe, mais cruciale et seul endroit "sûr" pour le praticien.

La troisième partie traite des différents esprits élémentaires: sept grands esprits de feu et cinq de rang inférieur. La suite du texte concerne les opérations alchimiques et la fabrication de différents talismans constitués d'électrum. L'un d'eux se nomme la Sphère de Recherche. Cet artefact sera fait d'un alliage métallique septuple. La Sphère de Recherche est un puissant outil divinatoire, utilisée pour dévoiler les trésors et les minerais, mais aussi pour distinguer le bien du mal, mettre à jour un imposteur, protéger du mal, ramener des biens volés, éloigner les esprits malins et les malédictions, ou bien encore pour pratiquer les exorcismes.

La quatrième partie traite de la nécromancie et des esprits des morts et ancestraux, qui sont dirigés par Bazarachiel, qui se manifeste sous la forme d'un serpent blanc. C'est un esprit puissant et omniscient. D'autres instructions sont données concernant l'exorcisme d'un esprit d'une maison, la façon de s'enrichir et de recevoir des messages des esprits.

La cinquième et dernière partie traite de la recherche de trésors ainsi que de la création et de l'utilisation des symboles magiques, tels que le Sceau de Salomon (Sigillum Salomonis) mais aussi des sceaux encore plus élaborés pour invoquer les Archanges.

Secrets et Vertus des 150 Psaumes

Secrets & Vertus des 150 Psaumes.

  2ème édition limitée à paraître: 2021

« C'est ici la vraie cabale mystérieuse et divine pour l'intelligence des 150 Psaumes du Prophète Royal, par la vertu desquels il a été délivré de tant de grands périls, obtenu tant de bénédictions de Dieu, enfin est parvenu à la gloire éternelle ».. « Quiconque les dira, et les mettra en pratique selon la manière qui est enseignée, se servant de la vertu des intelligences, et de la vertu de leurs sceaux ou caractères, avec toute la foi, la dévotion, la révérence et l'humiliation due avec chose si Sainte et si Divine, il peut s'assurer qu'il obtiendra sans doute plusieurs grâces particulières de Dieu, et pourra vivre content en ce monde et en l'autre ». Transcription intégrale en français moderne, réalisée d'après un manuscrit daté du milieu du XVIIIè siècle.

La pratique magique des Psaumes s'est considérablement développée durant le Moyen Âge. Selon la kabbale, chacun des 150 Psaumes possède une vertu magique spécifique (et même parfois plusieurs..). Les Tehillim (Psaumes) de la tradition kabbalistique nous fournissent une prière appropriée pour toutes les situations de la vie au quotidien. Ainsi, pour obtenir une grâce de Dieu, il ne suffit pas de prononcer le psaume indiqué. Le praticien devra attirer sur lui l'Intelligence du Nom qui y est relatif. A chaque Psaume est associé une signature (Intelligence) particulière, ainsi que son sigil.

Les Intelligences sont des puissances astrales qui régissent toutes choses dans les mondes célestes et naturels et qui peuvent également agir comme intercesseurs entre les humains et le divin. Les Intelligences sont considérées comme des entités qui guident et inspirent. D'une certaine manière, les intelligences peuvent être comparées aux anges et aux archontes du gnosticisme. Les Psaumes sont utilisés dans la prière, au cours des rituels et lors des cérémonies ou des travaux magiques. Ils peuvent être utilisés sans aucune contrainte de considérations astrologiques, planétaires ou élémentaires. Les Psaumes peuvent être lus, chantés, mais dans les traditions populaires juives, chrétiennes protestantes et chrétiennes catholiques, il est plus fréquent de les réciter, de mémoire ou à partir d'un livre, ou tout en accomplissant d'autres dévotions, comme se laver, effectuer un nettoyage spirituel d'une maison ou d'un commerce, placer des bougies ou des veilleuses sur un autel ou parfumer une pièce / une personne avec de l'encens.